Si un jour je te perds,
pourras-tu donc dormir
sans qu'au-dessus de toi
- couronne de tilleul -
je m'épande en soupirs ?

Sans que je veille et pose,
pareils à des paupières,
tant de mots sur tes seins,
tes membres et tes lèvres.

Ni sans que je t'enclose
seule avec tes secrets :
jardin plein de mélisse
et d'anis et étoilé ?

(Rainer Maria Rilke)

(merci Xavier)