*
Tout est plus beau en ce jour-là
au pied des arbres
en bord de routes
dans les cours d'immeubles
avec les chiens errants
et les planètes ci-dessus.

Le chemin est d'un blanc illuminant.

Un déménagement
puisque la vie le veut
on doit cela au renoncement
et puis l'envie finalement grandit
remettre le pied à l'étrier, marcher au pas
les amis seront là.

Les bourgeons ont éclôt bien tôt.

Je sais où ils sont et je sais où je suis
mais peut-être ne sais-je plus très bien quel trait nous unit
les photographies racontent le souvenir
des histoires des histoires
le sourire qui veut tout dire
du passé au futur bis repetita placent.

La nuit est tombée plus tard.

Niché au creux de cela
ou bien peut-être tissé tout autour
exista et existera
toi pour moi et moi pour toi
mal au crâne ou mal au ventre
il semblerait que peu m'importe.

Je ne te laisserai pas me faire perdre cette confiance là.

(EG)